LYCÉE DES MÉTIERS ET C.F.A DE L'HÔTELLERIE, DE LA GASTRONOMIE ET DES MÉTIERS DE BOUCHE
image image image image
RECHERCHER
ANCIENS ELEVES
ENTREPRISES
PERSONNEL
RESTAURANTS

La Presse en Parle

 


 


 


 


 


 


  Source      « Le Progrès  » - mardi 2 septembre 2016


  Source      « Le Progrès  » - mardi 5 avril 2016


  Source      « Le Progrès  » - samedi 12 et dimanche 13 mars 2016


Najat Vallaud-Belkacem de passage au lycée des métiers François Rabelais

Dardilly (69) La ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a visité, le 4 septembre, l'établissement professionnel dans le cadre des 30 ans du bac pro.


Les élèves et leurs professeurs ont présenté leur travail à la ministre lors de la visite de quatre ateliers.

Pour sa venue dans le Rhône, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, a choisi l'un des établissements référence du département. Le lycée des métiers de l'hôtellerie et de la gastronomie François Rabelais, à Dardilly, forme en effet chaque année 228 élèves à quatre bacs pros : cuisine, boulanger-pâtissier, boucher-charcutier-traiteur et commercialisation et service en restauration. Pour accueillir la ministre, élèves, professeurs et direction s'étaient mobilisés, avec au programme la visite de quatre ateliers (boulanger, pâtissier, traiteur, restauration). Pendant une heure, les élèves ont présenté leur travail, aux côtés de leurs professeurs, et dévoilé leurs objectifs de carrière à la ministre. Ils ont également réalisé le buffet de l'apéritif, le repas du déjeuner et un gâteau d'anniversaire pour le bac pro.

"La présence de la ministre signifie beaucoup pour eux. C'est un honneur, mais aussi la reconnaissance de leur formation", explique Daniel Gorrindo, le proviseur de l'établissement. La matinée s'est poursuivie par une table ronde où d'anciens élèves de bac pro (tous secteurs confondus) ont présenté leur parcours auprès d'enseignants et de chefs d'entreprise.

Voie d'excellence

Au cours de cette visite, Najat Vallaud-Belkacem a rappelé que l'enseignement professionnel demeurait une voie d'excellence et qu'il méritait d'être valorisé et reconnu à sa juste valeur. "J'ai été bluffée par l'engagement, le parcours et la volonté des élèves rencontrés ce matin. L'enseignement professionnel est indispensable à notre pays car il répond concrètement à des besoins économiques et sociaux précis."

La ministre en a profité pour présenter les actions mises en place cette année pour les 30 ans du bac pro (lancement d'un concours vidéo, exposition en fin d'année à Paris sur les savoir-faire...), mais aussi pour dévoiler quelques plans de la réforme : création à la rentrée d'un pôle stages dans tous les académies, d'une indemnité annuelle pour les professeurs qui préparent les examens, ou encore d'actions pour sensibiliser les collégiens au monde professionnel. La ministre a conclu sur les cinq chantiers auxquels elle travaille avec son équipe : rendre davantage visible l'enseignement professionnel, améliorer l'orientation, mais aussi la formation des enseignants et des élèves en seconde pro.                                   

  Source      « L'Hôtellerie Restauration  Stéphanie Pioud» - mardi 8 septembre 2015


Dans les cuisines des MOF Meilleurs Ouvriers de France. Soufflé végétal, salmis de pintade et tarte tatin de coings sont au menu des 16 candidats en lice ce premier jour au lycée Rabelais de Dardilly.

« À mon époque, l’ambiance était plus intense et il y avait moins de moyens », constate Jacques Maximin. MOF en 1979, il revient dans l’arène comme vice-président du concours dont la finale se déroule au lycée hôtelier de Dardilly. Ils sont trente-deux finalistes (seize hier et seize aujourd’hui) à devoir mitonner trois plats conçus par le chef du bistrot de la Marine, à Cagnes : salmis de pintade accompagné d’un chou farci et de bottillons de salsifis, tarte tatin de coings parfumée au gingembre et soufflé végétal. « Ils réunissent les techniques qu’un cuisinier complet doit maîtriser : cuisson, rôtisserie, friture, sauces… », souligne-t-il. Des mets qui ne sont pas impossibles à réaliser : « Avec mes collègues (Michel Roth, Bocuse d’or 1991 et Christophe Quantin, MOF eux aussi), on s’est enfermé dans une cuisine à l’abri des regards et on a réalisé l’intégralité des thèmes dans le temps imparti : cinq heures », précise-t-il. Depuis qu’il a pris la présidence de ce concours (succédant à Paul Bocuse), Alain Ducasse veille à l’excellence et la transparence absolues. Le jury cuisine compte 20 membres, celui de la dégustation 25, des MOF, parfois des vedettes de la TV (Etchebest, Arabian). Pour que tous les candidats soient égaux : leurs jours et ordres de passage ont été tirés au sort, tout comme leur place dans les cuisines. Chacun est aidé par deux commis du lycée Rabelais (un en première année de BTS et un autre en Bac). C’est peut-être là que des « inégalités » peuvent se révéler : certains sont plus dégourdis que d’autres.

                                              Source      « Le Progrès » - Rhône du 05/02/2015


Le lycée Rabelais de Dardilly décroche le Grand prix de la Restauration Sirha. L’excellence a été au rendez-vous de la 4e édition du Grand prix de la Restauration des lycées rhônalpins.

Lycéens, parents professeurs s’étaient donné rendez-vous hier matin dès l’ouverture du Sirha (Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation) qui se tient actuellement à Eurexpo pour soutenir les candidats de leur lycée engagés dans le 4e Grand Prix de la restauration des lycées rhônalpins. Au total huit établissements étaient en lice avec un chef de cuisine et un assistant par lycée qui ont dû confectionner un menu avec un plat à base de viande de boeuf accompagné de courge, de pommes de terre et ou de céleri rave, d’un dessert composé de poire et de chocolat. L’équipe du lycée Rabelais à Dardilly (Frédéric Paul et Eric Pitavy) a décroché la première place. Le lycée gagne une dotation de 4 500 € et l’équipe des repas chez un chef étoilé. Le lycée Louise-Labé (Lyon 7e ) arrive 2e et gagne une dotation de 3 500 €, le lycée Saint- Exupéry à Bellegarde-sur-Valserine (Ain) 3e se voit attribuer une dotation de 2 500 €, les cinq autres établissements auront une dotation de 1 500 €. Le Région Rhône-Alpes a créé ce prix en 2009 afin de valoriser le savoir faire des professionnels de cuisine des lycées et de promouvoir la qualité de la restauration scolaire

                                              Source      « Le Progrès » - Rhône du 25/01/2015


Reportage ma vigne en rose, produit par les Productions du moment et diffuser dans l'émission reportages de la chaine TF1 au mois de juillet.


Journée de prévention contre le Sida au lycée Rabelais: « On n'en parle pas en famille »

Photo : P. VILLELONGUE

Depuis quatre ans, les élèves du lycée et du CFA François-Rabelais se mobilisent durant une journée contre le sida. Mardi, plusieurs actions ont été conduites : un stand publicitaire tenu par les élèves et les professeurs, de nombreux affichages sur les murs et panneaux du lycée et le lâcher d'une centaine de ballons à la mi-journée. Des gestes qui témoignent d'un véritable élan de solidarité de tous ces jeunes qui se sont vraiment investis dans l'opération. Conduite par Joannès Lathuillère, une équipe de six jeunes a préparé cette journée sous la houlette de Mme Denis, l'une des CPE. La création d'un quiz soumis aux élèves sur les risques encourus, le dépistage et les 33 millions de séropositifs recensés dans le monde, la rédaction des messages sur les tableaux : tout a été soigneusement organisé pour donner à cette journée l'impact et l'attention qu'elle mérite. Les bénéfices iront aux associations d'entraides du Sida.

                                              Source      « Le Progrès » - Rhône du 05/12/2013


Les lycéens de Rabelais découvrent la « vraie » chef de cuisine de l'Élysée
           
Danièle Mazet- Delpeuch, Jacotte Brazier
et Cécile Crummack du CDI du lycée /
Photo Pascale Géhin
Plus de deux cents élèves du lycée Rabelais ont assisté à la projection du film « Les saveurs du palais », lundi après-midi à l'Aqueduc, en présence de Jacotte Brazier, petite-fille de la célèbre « Mère Brazier », et de Danièle Mazet-Delpeuch, la « vraie » cuisinière de l'Élysée, dont est inspiré le film.

Identité culinaire
La vie du chef de cuisine privé du palais de l'Élysée est remarquablement interprétée par Catherine Frot. Ce film met en avant les obligations d'un métier exigeant, mais surtout la difficulté, pour une femme, d'évoluer dans un univers encore très largement réservé aux « chefs » masculins.
Danièle Mazet-Delpeuch précise que Mitterrand disait : « Je veux une femme de la campagne dans ma cuisine. »
Et lorsqu'un lycéen lui demande : « Quelle a été l'expérience la plus difficile entre l'Élysée et l'Antarctique ? », elle répond non sans humour : « Ce sont deux zones de grand péril. » Et la cuisinière de conseiller aux jeunes en formation : « Trouvez votre identité culinaire ! ». Jacotte Brazier ajoute : « Apprenez à faire de la cuisine traditionnelle, de préférence dans une belle maison et visez toujours le haut ! »

Source « Le Progrès » - Rhône du 26/11/2013


500 lauréats au lycée Rabelais : un bon cru 2013

Les bacs Pro Hôtellerie entourés de leur enseignante Marie-Josée Cordelier.  Photo D. R.
Cette année encore, plus de 500 lauréats sont venus retirer leurs diplômes jeudi soir, dans une ambiance des plus enthousiastes. Ils étaient tous là : élèves, apprentis, adultes en formation, accompagnés par plus de cinquante enseignants et de l'équipe de direction et de conseillers d'éducation.
Du CAP au BEP ou BP pour aller jusqu'au bac Pro et BTS, tous ces élèves sont venus retirer leur sésame. Sans oublier les « mentions complémentaires » en sommellerie, chocolaterie ou encore celle d'accueil-réception. Et, à l'instar de Maxime arrivé triomphant à la quatrième place du concours général de la filière « hôtellerie » qui n'a pas hésité à laisser éclater sa joie, ils sont tous repartis enchantés. Ravis d'être diplômés certes, mais aussi d'avoir vécu une expérience forte de camaraderie et encadrés par des enseignants compétents et impliqués.

Source « Le Progrès » - Rhône du 27/11/2013


Le lycée Rabelais va recevoir le championnat de France du dessert Pâtisserie.

Les 21 et 22 mars prochains, l'établissement accueille l'épreuve finale. Huit apprentis et autant de professionnels sauront mettre en avant leurs qualités devant un jury présidé par Anne-Sophie Pic.

     
Ce n'est pas la première fois que le lycée François-Rabelais accueille un concours derrière ses fourneaux. Les futurs MOF (meilleurs ouvriers de France) étaient déjà venus confronter leur savoir-faire. La finale du championnat de France du dessert n'est finalement qu'une étape supplémentaire dans la course à la notoriété de l'établissement. « Et puis, cela permet de faire rêver nos élèves, ajoute Daniel Gorrindo, directeur de l'établissement. On est là pour leur faire aimer un métier. »
En coulisses, on s'active car la date approche. « En fait, la manifestation est chapeautée par le Cedus (centre d'étude et de documentation du sucre), un organisme privé, explique René Bonnel, chef de travaux. Nous, nous mettons notre matériel et les salles à disposition. » Mais pendant les épreuves, les cours continuent. Il faut donc être capables d'accueillir presque 300 personnes, avec toute la logistique que cela suppose, tout en offrant les meilleures conditions possibles aux seize candidats et en poursuivant l'activité normale du lycée. Une gageure.
Actuellement, se déroulent les finales régionales aux quatre coins de la France. Au total, huit apprentis et huit professionnels s'affronteront les 21 et 22 mars. « Il s'agit uniquement du dessert à l'assiette, où la présentation est également un gage de qualité. »
Tous les candidats travaillent déjà dans des pâtisseries de restaurants. L'examen se déroule en quatre heures, durant lesquelles deux épreuves leur sont soumises. Dans un premier temps, ils réalisent leur œuvre, « sur laquelle ils s'entraînent depuis longtemps et qu'ils servent déjà parfois dans les restaurants où ils travaillent ». C'est la partie sur laquelle ils devront passer le moins de temps possible, selon les spécialistes. Car ensuite, ils seront face à un « panier découverte » composé d'une liste d'ingrédients et de quelques techniques imposées. À eux de montrer l'ampleur de leur imagination créative et surtout leur propension à une grande organisation…
Cette épreuve représente une étape de plus vers l'excellence pour ces artistes culinaires qui aspirent tous, un jour, à revêtir un col rayé de bleu, blanc et rouge.

Source « Le Progrès » - Rhône du 22/02/2012


Le chef allemand Ludwig Heer de passage au lycée hôtelier Rabelais

Les lycéens de Gilles Tissier  / Ludwig Heer a confectionné son dessert, devant des apprentis
Photo Candice Heck  

Le lycée hôtelier François- Rabelais a accueilli, jeudi en fin de matinée, le chef Ludwig Heer à l'occasion de la semaine franco-allemande, qui célèbre la signature du Traité de l'Élysée, il y a 48 ans.
Présent à Eurexpo pour représenter les couleurs de son pays lors de la 13 e édition des Bocuse d'Or, le jeune cuisinier et pâtissier, qui a terminé le concours à la huitième place, a confectionné un « fondant au chocolat avec son parfait au Grand-Marnier et salade d'agrumes ».
Dix élèves de 2 e année en Baccalauréat Professionnel du professeur Gilles Tissier ont ainsi pu observer leur invité à l'œuvre.
« C'est une bonne expérience. Ça change de notre quotidien. Là, nous avons pu voir travailler un vrai professionnel sous nos yeux », confie Harold. Imité à deu pas de lui par Etienne, lequel a trouvé cette rencontre enrichissante et intéressante au sein de l'établissement dardillois. « Ça fait plaisir de voir un chef de son standing se déplacer pour venir à la rencontre des lycéens. Nous avons aussi pu discuter de sa participation aux Bocuse d'Or. On peut se faire une idée de tout le travail que cela représente », remarque le jeune homme.
Cette visite a aussi été l'occasion pour les élèves de cuisiner, cette semaine, plusieurs spécialités allemandes telles qu'un gâteau au Riesling, un crumble au pavot ou encore une Forêt-Noire.

Source « Le Progrès » - Rhône du 29/01/2011

CONTACTS
PLAN DU SITE
Chemin Le Dodin B.P 24-69571 DARDILLY cedex - Tél:04.78.66.88.88 - Courriel : ce.0693504j@ac-lyon.fr